Brigitte Vivier - thérapeute psychocorporel

Qui suis-je?

Brigitte Vivier

Mon parcours professionnel

Formée à la communication, j’ai pratiqué les relations presse, publiques et extérieures, au service d’entreprises et d’entrepreneurs, dans des secteurs très variés : sport, cosmétique, formation, droits des citoyens de la Ville de Lyon (handicaps, égalité des femmes, temps de la ville). Mes objectifs ont toujours été d’accompagner les mises en œuvre des politiques d’entreprises et de collectivité, d’y assurer du lien sociétal et de donner du sens aux actions.

Ma plus grande chance professionnelle est d’avoir toujours été tournée vers ce que j’aime : les gens, le monde qui bouge, la bienveillance, dans le respect d’une grande éthique de vie.

En résumé, j’ai vécu mes rêves et accompagné des personnes à vivre les leurs.


Je ressentais cependant le besoin de donner par mes mains et d’accompagner par une présence bienveillante, les personnes en situation de stress ou de mal-être.

Une présence et une écoute

Ma plus grande chance professionnelle est d’avoir toujours été tournée vers ce que j’aime et qui me donne le plus de satisfaction personnelle : les gens, le monde qui bouge, dans le respect d’une éthique de vie. Mes différents postes et mes diverses fonctions ont un point commun : une présence, une écoute attentive et bienveillante dans l’accompagnement des entreprises et des institutions sur leur chemin de la vie entrepreneuriale et sociétale. Toujours tournée vers le bien du monde extérieur sans me préoccuper de mon monde intérieur.

L’épreuve de la maladie d’un être cher

Pendant la longue maladie de mon père (5 années) et les multiples souffrances qu’il a subies, j’ai passé beaucoup de temps dans les hôpitaux à observer et ressentir la souffrance des malades et leur solitude, mais aussi celle des aidants, des médecins et des familles face à l’impuissance de la douleur de l’autre.

Le Centre du Rein et de dialyse où était suivi mon père m’a proposé un accompagnement psychologique, alors que je me considérais comme une aidante très “solide”, apte à faire face à cette épreuve. En fait, il n’en était rien. Grâce à une psychologue, j’ai mis le doigt sur les dommages collatéraux que subissent les aidants. Son soutien a permis de retrouver ma juste place, sans culpabiliser d’être différente de mon père, et en bonne santé.

Ainsi, j’ai accepté pleinement et sereinement, à chaque visite auprès de mon père, ce besoin de donner par les mains et d’accompagner, par une présence bienveillante, les personnes en situation de stress ou de mal-être, tout en prenant le recul nécessaire, sans rentrer chez moi en culpabilisant car acceptant ma vulnérabilité et mon impuissance.

La question du pourquoi nous en sommes là…

Au décès de mon père en août 2009, j’ai souhaité continuer mon travail personnel en psychothérapie pour poursuivre dans cette quête de la connaissance de sa propre personne. La question du “Qui suis-je réellement ?” est universelle. Elle ne doit pas être éludée et encore moins refoulée. Car comme le dit si justement Carl Gustav Jung, médecin psychiatre né au XIXe siècle : “Je ne suis pas ce qui m’est arrivé, je suis ce que je choisis de devenir.”

La question centrale se résume ainsi : “Qu’est ce qui a fait que j’en sois arrivée là ?”. Une question qui renvoie au sens des expériences vécues tout au long de sa vie, mais également à celui de sa place et de son existence dans la société et dans sa famille. Mes objectifs devinrent subitement très clairs : devenir consciente de mon univers intérieur, mieux le connaître et l’écouter pour entamer une relation pleine et entière avec le monde extérieur.

Trouver son “vrai” chemin de vie

Après le décès de mon père, je suis partie du postulat de Françoise Dolto : « C’est le non-dit qui marque le corps. » Où vont les mots que l’on ne dit pas ? Que deviennent les non-dits quand ils charrient des bagages de frustration, de tristesse, de douleur, d’insomnie, de manque de satisfaction, de douleur, de maladie ? Peut-on voyager sereinement dans la vie avec ces lourds fardeaux ? En 2010, en parallèle de mon métier et d’un suivi psychologique, mais surtout consciente qu’il vaut mieux agir que subir, j’ai débuté une formation didactique sur la “Relation d’Aide par le Toucher” créée par Jean-Louis Abrassart, accompagnateur de vie, riche de plus de 30 ans d’expérience pour un mieux-être et un mieux vivre. Quatre années expérientielles, en adéquation avec mon besoin de compréhension de l’importance du rôle des mains et du toucher sur une personne en souffrance.

Découvrir mon histoire, révéler l’authenticité de mes émotions enfouies, reconnaître les souffrances générées par les tensions de mon corps, les exprimer pour les réparer, mettre des mots sur mes maux, donner du sens pour continuer mon “vrai” chemin de vie… Et enfin, me libérer, oser exister pour ce que je suis, et non pas pour ce que les autres me demandent d’être.

Accordeuse de corps et d’esprit

En 2012, je déménage pour des raisons personnelles. Je quitte mon métier et Lyon pour Vichy, ville de bien-être par excellence. Là, je mets en œuvre mes compétences en toucher et mieux-être en créant un cabinet. Après une étude de somatothérapie, avec une validation de “massages mieux-être”, je me définis comme une “accordeuse de corps et d’esprit’’.

Je deviens le témoin de la demande de mes patients après un toucher psychocorporel sur les tensions qui traduisent souvent une histoire de vie et son lot de non-dits. Face à ce besoin grandissant d’exprimer différentes souffrances et émotions, à cette envie salutaire de délivrance, je me perfectionne en psychopathologie pour un accompagnement plus solide et durable face à des épreuves de vie qui laissent tant de traces sur les corps.

De nouvelle compétences de thérapeute

Pour consolider ma profession de thérapeute psychocorporelle, d’accompagnement en relation d’aide par le toucher et somatothérapie (certifiée en 2014), je débute en 2015 une formation continue en “psychothérapie intégrative”. Après cette première approche de la psychopathologie, passionnée par l’approche intégrative, j’enchaîne avec la Gestalthérapie (corps/esprit ici et maintenant) et la sexo-analyse.

Certifiée technicienne Gestalt Thérapie et praticienne en sexo-analyse, j’accrois mes compétences de thérapeute par une formation continue de psychothérapie intégrative au centre de formation INDIGO (http://www.indigo-formations.fr) Je suis régulièrement supervisée, comme l’exige la formation continue en psychothérapie Intégrative ainsi que l’éthique et la déontologie de la FF2S dont je suis membre depuis 2014.

Pour des patients et des entreprises

Aujourd’hui, mon activité se concentre sur la psycho-analyse, la sexo-analyse et la somatothérapie avec une approche Gestaltiste. En dehors de mon cabinet, j’ai à cœur d’accompagner les entreprises, en atelier de thérapie groupale, pour une découverte de leurs propres valeurs. Ces ateliers sont au cœur des enjeux pour développer le sens et l’engagement au travail. En accédant à une plus grande connaissance et conscience de soi, chacun peut donner et recevoir davantage, en devenant une personne, un partenaire, un collaborateur ou un manager plus équilibré, plus solidaire et plus engagé.

La souffrance n’est pas une fatalité

J’interviens dans des entreprises, associations et diverses structures, sous forme d’ateliers de bien-être au travail : gestion du stress, respiration, relaxation par la visualisation et le ressenti. Mais surtout, ce cheminement a pris tout son sens quand j’ai pris conscience que s’ouvraient enfin les portes d’une réelle connexion avec mes véritables besoins existentiels et émotionnels.

Le sage n ‘aspire pas au plaisir, mais à l ‘absence de souffrance – Aristote

Le coin des livres

Sur la relation d’aide

  • La Relation d’Aide par le Toucher, Jean-Louis Abrassart
  • Le toucher libérateur, Jean-Louis Abrassart
  • Thérapeute à cœur ouvert, Michel Claeys Bouuaert

Sur la Gestalt

  • La Gestalt – L’art du contact, Serge Ginger
  • Le Moment Présent en Psychothérapie, Daniel N. Stern
  • Vivre à la Frontière, Laura Perls
  • Panser l’impensable, Dr Fernande Amblard
  • Le Corps Retrouvé en Psychothérapie, James Kepner

Sur la somatothérapie

  • Réveiller le Tigre, Peter A. Levine
  • Guérir Par-Delà Les Mots, Peter A. Levine
  • Les cicatrices émotionnelles, Clyde W. Ford

Sur les thérapies pyschocorporelles

  • L’Analyse Bioénergétique, Alexander Lowen
  • La Spiritualité du Corps, Alexander Lowen
  • La Pratique de l’Analyse Bioénergétique, Alexander Lowen
  • La Joie Retrouvée, Alexander Lowen
  • Entre Psyché et Soma, Gerda Boyesen
  • Chakras & Archétypes, Almbika Wauters

Livres pour un corps blessé

  • Les 5 blessures, Lise Bourbeau
  • Guérir son enfant intérieur, Moussa Nabati
  • Renouez avec Votre Enfant Intérieur, Margaret Paul

Les livres que j’ai aimés

  • Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, Raphaëlle Giordano ; l’accompagnement original d’un routinologue.
  • Le chevalier à l’armure rouillée, Robert Fisher (Broché); un livre qui parle au cœur et à l’âme, un conte d’une portée universelle.
  • Un territoire fragile, Éric Fottorino (Poche) ; l’auteur explore ce territoire fragile sous la peau et rend palpable, avec pudeur et sensibilité, la douleur et la fêlure. Prix Europe 1 et prix des Bibliothécaires 2000.
  • La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite, Olivier Clerc (Broché); 7 contes zen, pleins de sagesse et d’optimisme !
  • Petit traité de la connaissance de soi, José Le Roy (Broché); très pédagogique et abordable, pour approcher les mécanismes de ce qu‘est une connaissance de soi.
  • Réconcilier l’âme et le corps de Michèle Freud; 40 exercices faciles de sophrologie (1CD audio).
  • Calme et attentif comme une grenouille, Eline Snel; la méditation pour les enfants avec leurs parents et un support CD audio..
  • Dis-moi où tu as mal : Le Lexique, Michel Odoul ; plus de 300 pathologies ou traumatismes décodés, approche somatique.